Africa Group captured by colonial medicine, agribusiness and US military interests on gene drives at UN Biodiversity Conference

On the pretext of supporting scientific innovation for malaria eradication, African countries vociferously defended a techno-fix that does not address the wider determinants of malaria – but rather, represents the changing face of colonial medicine and threatens the biodiversity of an entire continent.

At the UN’s recent Convention on Biological Diversity (CBD), a proposal to temporarily and unequivocally stay the release of organisms carrying gene drives was blocked by the African Group. The African Group – the regional negotiating bloc representing African countries – was a loud advocate for the latest experiment to be tested on the people of the continent: gene drive mosquitoes. Gene drives, also called “exterminator technologies”, rapidly spread engineered traits throughout a population. This controversial technology is being developed to promote the spread of transgenes that will reduce the number of female mosquitoes, potentially driving a species to extinction and reducing the spread of malaria.  

However, gene drive technology is in its infancy. Not only is there an absence of scientific evidence supporting it as a realistic and sustainable malaria eradication tool but it has also raised serious ethical and biosafety concerns. Once released into the open environment gene drive organisms cannot be recalled, due to their aggressive nature that overrides natural inheritance patterns. Gene drive mosquitoes will of course not respect geographical borders and will likely spread across the continent.

mosquito-337182_1920

The global community was particularly concerned about the release of such organisms into the environment and its impacts on biodiversity, ecological systems, human health, and society. Given these clear concerns, why is the African Group so keen to ensure gene drive mosquitos are released across the African continent? If we follow the money, it seems that corporate and military interests lurk behind gene drives for malaria control.

Gene drive mosquitoes are being developed at Imperial College, London under the aegis of the Target Malaria project, funded largely by the Bill and Melinda Gates Foundation and Facebook co-founders’ Open Philanthropy Project.

At the CBD, the African Group came with a ready-made “consensus”, based in turn on an African Union (AU) position on gene drives for malaria elimination in Africa. This AU position, stealthily made, not only supports the deployment of gene drives but also slavishly repeats unsubstantiated claims of gene drive developers. The African Centre for Biodiversity has slammed this position, as it was written by cherry-picked, pro-biotech regulators and scientists while the door was firmly shut on African civil society.

Tellingly, around 35 African delegates were given healthy allowances from the deep pockets of the Gates’ Foundation, which in 2016, doubled its funding to Target Malaria, bringing its total investment to US$75 million. This follows Gates’ funding of a public relations firm, Emerging Ag Inc., which counts Target Malaria among its clients and employed dirty tactics by recruiting gene-drive friendly scientists to influence the CBD’s decision-making process on gene drives.

While Target Malaria has captured the face of mosquito gene drive technologies, wider agribusiness and military interests are also quietly developing this technology for agriculture and military applications respectively. The Defence Advanced Research Projects Agency (DARPA) of the United States military is reportedly the biggest funder of gene drive research, raising obvious concerns surrounding its dual use as a potential bioweapon. Agricultural applications are also in development, including introducing gene drives into agricultural pests to spread sterility; for spreading genes into livestock to increase meat production; and for spreading herbicide resistance into weeds.

Gene drive developers are acutely aware of the public scepticism of genetic modification technologies and the distrust in the corporate GM industry—and thus are happy for public health projects such as Target Malaria to be the poster child for gene drives.

The final decision of the CBD was to impose strict conditions that must be met long before any gene drive organism can be released in Africa. A key prerequisite is that potentially affected communities must give their “free, prior and informed consent." This strong global legal protection intends that local communities exercise control over and defend their biodiversity rights in their land and territories. We are encouraged that gene drives will undergo robust scrutiny from the people of the African continent, where there is growing wariness of African governments for their inability to create conditions of transparency, inclusion, accountability and good governance.

And scrutiny is paramount for this extremely risky technology. The role of mosquitoes in the ecological system is not understood and thus the wider ecological risks of potentially eradicating them are unknown. The spread to other mosquito species, the impact it would have and whether this eradication would lead to a niche replacement with other disease-carrying species are further cause for concern.

In these eventualities, will the African continent be faced with an even bigger mortality burden due to malaria? African lives are not bargaining chips for Gates’ dollars.

Mariam Mayet is the Executive Director of the African Centre for Biodiversity, Lim Li Ching is a senior researcher with the Third World Network and Dr. Eva Sirinathsinghji is an independent biosafety scientist.

 


 

Le positionnement de l'Afrique sur le forçage génétique lors de la conférence sur la biodiversité de l'ONU capturé par les intérêts de la médecine coloniale, de l'agro-industrie et de l’armée américaine

*Par Mariam Mayet, Lim Li Ching et Eva Sirinathsinghji

Janvier 2019

Sous prétexte d'appuyer l'innovation scientifique visant l'éradication du paludisme, les pays africains ont défendu de manière véhémente un remède technologique qui, au lieu de s'attaquer aux causes sous-jacentes du paludisme, représente le nouveau visage de la médecine coloniale et menace la biodiversité de tout un continent.

Lors de la récente Convention sur la diversité biologique (CDB), une proposition visant à  suspendre temporairement et sans équivoque tous lâchers d'organismes porteurs de gènes issus du forçage génétique a été bloquée par le groupe africain. Le groupe africain - le bloc régional de négociation représentant les pays africains -  a exprimé haut et fort son appui aux dernières expérimentations en date à être testées sur les populations du continent : les moustiques issus du forçage génétique. Le forçage génétique, une technologie également dite « exterminatrice », permet de rapidement disséminer des caractéristiques issues du génie génétique à travers toute une population. Cette technologie controversée a été développée en vue de favoriser la diffusion de transgènes devant permettre une réduction du nombre de moustiques femelles, aboutissant potentiellement à l'extinction d'une espèce et à une réduction vectorielle du paludisme. 

Toutefois, le forçage génétique est une technologie qui en est encore à ses balbutiements. Non seulement l'évidence scientifique démontrant que cette technologie constitue un outil réaliste et durable pour l'éradication du paludisme demeure absente, mais cette technologie a aussi soulevé d'importantes préoccupations d'ordre déontologique et en matière de biosécurité. Les lâchers d’organismes issus du forçage génétique dans l'environnement sont irréversibles, en raison de leur nature agressive, qui outrepasse les modèles naturels de transmission. Les moustiques issus du forçage génétique ne respectent pas les frontières géographiques et il est fort probable qu’ils se propagent à travers le continent.

La communauté internationale est particulièrement préoccupée par les mises en circulation de tels organismes dans l'environnement et de leurs impacts sur la biodiversité, les systèmes écologiques, la santé humaine et la société. Au regard de ces préoccupations évidentes, pourquoi le Groupe africain est-il si enclin à promouvoir des lâchers de moustiques issus du forçage génétique à travers le continent africain? Si l'on suit la trace de l'argent, il apparaît que des intérêts corporatifs et militaires se cachent derrière le forçage génétique pour la lutte antipaludique.

Les moustiques issus du forçage génétique sont développés à l'Imperial College de Londres sous l'égide du projet Target Malaria, financé en grande partie par la Fondation Bill et Melinda Gates et l'Open Philanthropy Project des co-fondateurs de Facebook.

Durant la CDB, le groupe africain s'est joint aux discussions, avec un « consensus » pré-concocté en main. Ce consensus repose sur le positionnement de l'Union africaine (UA) sur le forçage génétique pour l'élimination du paludisme en Afrique. Cette position de l'UA, élaborée de manière furtive, vient non seulement appuyer la diffusion du forçage génétique, mais répète aussi servilement les affirmations infondées émanant des concepteurs du forçage génétique. Le Centre africain pour la biodiversité a rejeté ce positionnement, qui est le fruit du travail de régulateurs et de scientifiques minutieusement sélectionnés et qui sont en faveur de la biotechnologie, alors que la porte a été irrémédiablement fermée au nez de la société civile africaine.

Chose révélatrice, près de 35 délégués africains ont reçu de généreuses indemnités en provenance des poches bien remplies de la Fondation Gates, laquelle a en 2016 doublé les financements alloués à Target Malaria, aboutissant à un investissement total de US$75 million de dollars US. Ceci fait suite au financement d'une entreprise de relations publiques par la fondation Gates, Emerging Ag Inc., qui compte Target Malaria parmi ses clients. Cette firme a eu recours à des tactiques peu honorables, en recrutant des scientifiques favorables au forçage génétique, visant à influencer le processus décisionnel de la CDB sur le forçage génétique.

Tandis que le projet Target Malaria s'est accaparé les technologies axées sur les moustiques issus du forçage génétique, des intérêts militaires et agro-industriels plus larges sont également en train de discrètement développer cette technologie à des fins d'applications militaires et agricoles. La Defence Advanced Research Projects Agency (DARPA) de l'armée américaine serait prétendument le plus grand bailleur de la recherche sur le forçage génétique, ce qui soulève des préoccupations évidentes quant à son application duale comme arme biologique potentielle. Des applications agricoles son aussi en cours de développement, y compris l'introduction du forçage génétique dans les populations de nuisibles agricoles; la diffusion de gènes dans les cheptels afin d’accroître la production de viande; et pour inhiber la résistance aux herbicides des mauvaises herbes.

Les concepteurs du forçage génétique ont parfaitement conscience du scepticisme publique régnant par rapport aux technologies de la modification génétique et de la méfiance prévalant par rapport à l'industrie de la modification génétique. Ils sont donc ravis que des projets de santé publique tels que Target Malaria deviennent les têtes d'affiche du forçage génétique.

La décision finale de la CDB fut d'imposer des conditions strictes qui doivent être respectées bien avant que tout organisme issu du forçage génétique puisse être diffusé en Afrique. Un prérequis absolu est que les communautés potentiellement affectées soient à même de donner leur « consentement préalable, libre et éclairé». Cette protection juridique internationale prévoit que les communautés locales puissent contrôler et défendre leurs droits à la biodiversité de leurs terres et leurs territoires. Nous sommes encouragées par le fait que le forçage génétique sera soumis à un examen rigoureux de la part des populations du continent africain, où il règne une méfiance grandissante à l'égard des gouvernements africains, en raison de leur inaptitude à créer les conditions requises pour permettre la transparence, l'inclusion, la responsabilité, et la bonne gouvernance.

De plus, il est primordial que des recherches minutieuses soient effectuées dans le contexte de cette technologie extrêmement risquée. Le rôle des moustiques dans le système écologique n'est pas compris et par conséquent les risques écologiques plus larges inhérents à leur éradication potentielle sont inconnus. La diffusion à d'autres espèces de moustiques, les impacts potentiels qui y sont associés et le risque que cette éradication mène à une substitution de niche par d'autres espèces vectorielles constituent des sources d'inquiétude supplémentaires.

Dans une telle éventualité, le continent africain sera-t-il confronté à un fardeau de mortalité dû au paludisme encore plus important ? Les vies africaines ne sont pas des objets que l’on peut troquer contre les dollars de Gates.

* Mariam Mayet est la directrice exécutive du Centre africain pour la biodiversité, Lim Li Ching  est chercheuse principale pour le Réseau Tiers Monde et le Dr. Eva Sirinathsinghji est chercheuse scientifique indépendante en biosécurité.