Civil Society Denounces the Release of GM mosquitoes in Burkina Faso

We, the undersigned civil society organisations from Africa and around the world, denounce the release of genetically modified (GM) “male-sterile” mosquitoes in Burkina Faso. The GM mosquitoes were released in the village of Bana on 1 July 2019 by the Target Malaria research consortium.[i]

The open release is intended to test the infrastructure and systems for future release for as-yet experimental technologies, notably “gene drive” mosquitoes. Target Malaria’s ultimate aim is to make open releases of gene drive mosquitoes, with the aim of reducing the population of Anopheles mosquitoes, which can transmit the parasite that causes malaria. Their claim is that reducing the mosquito population could reduce the risk of malaria transmission and hence disease incidence.

The release of GM mosquitoes in the village was an unethical experiment, as Target Malaria acknowledges that there are no direct benefits to the local population of this particular GM mosquito release, in terms of malaria control. This was not an early stage trial of the GM mosquitoes intended to be tested later for their impact on malaria, but a release of an entirely different GM mosquito.

Thus, there was no justification for making the releases. According to the World Medical Association’s Declaration of Helsinki, which is based on the Nuremberg Code and outlines the internationally agreed ethical principles for medical research involving human subjects, such research “may only be conducted if the importance of the objective outweighs the risks and burdens to the research subjects” (Article 16).

Indeed, the release of the GM mosquito in Burkina Faso poses risks, including the incidental release of some biting female GM mosquitoes during the experiments. While Target Malaria claims that the number will be small, nevertheless, since GM female mosquitoes can bite humans and spread disease, the release of biting females still poses some risk to local people.[ii]

Article 26 of the Helsinki Declaration also requires that research participants are adequately informed about the risks and anticipated benefits of the study, as part of the process of informed consent. Regrettably, despite Target Malaria’s claims of “community acceptance” for its project activities, evidence suggests otherwise. Testimonies from a range of people from villages in the areas where Target Malaria is operating explain that they have not been properly informed about the project or its potential risks.[iii]

There is also no published environmental risk assessment (ERA), other than a limited ERA published by Target Malaria and there has been no genuine public consultation, apart from “public engagement” activities conducted by Target Malaria.[iv] The lack of a comprehensive, published ERA, which has been subject to open and transparent public consultation, makes it impossible to implement requirements for fully informed consent, because local people cannot be fully informed about the risks before making a decision on whether to accept them.

The releases in Burkina Faso are the first open releases of GM mosquitoes in Africa. Previous releases of different GM mosquitoes in other parts of the world have been littered with failures, false claims, lack of adequate risk assessment, and flouting of international and local regulations.[v] We are deeply unhappy that, once again, it appears that Africa has become a testing ground for risky technologies.

Furthermore, this GM mosquito release is viewed as paving the way for possible future gene drive mosquito releases. Experimenting with African lives to prepare the ground for this untested and extremely controversial technology, for which independent scientists have raised serious concerns,[vi] and for which more than 170 civil society organizations have called for a moratorium,[vii] is completely unacceptable.

Signed by:

  1. African Centre for Biodiversity, South Africa
  2. African Biodiversity Network (ABN)
  3. Association Ouest Africaine pour le Développement de la Pêche Artisanale (ADEPA)
  4. Biodiversity and Biosafety Coalition of Kenya (BIBA)
  5. Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africaine (COPAGEN)
  6. Comité Ouest Africain de Semences Paysannes (COASP)
  7. Community Alliance for Global Justice (CAGJ)
  8. Comparing and Supporting Endogenous Development (COMPAS Africa)
  9. Eastern and Southern Africa Pastoralist Network (ESAPN)
  10. Eastern and Southern Africa Small Scale Farmers Forum (ESAFF)
  11. ETC Group
  12. Fahamu Africa
  13. Faith & Justice Network of the Mano River Basin (FJN)
  14. Farm-Saved Seeds Network (FASSNET)
  15. Fédération Agroécologique du Bénin (FAEB)
  16. Fellowship of Christian Councils and Churches in West Africa (FECCIWA)
  17. FIAN International
  18. Friends of the Earth Africa (FoEA)
  19. Friends of the Earth USA
  20. Gene Watch UK
  21. Global Justice Now!
  22. GRAIN
  23. Groundswell West Africa (GWA)
  24. Health of Mother Earth Foundation (HOMEF)
  25. Indigenous Peoples of Africa Coordinating Committee (IPACC)
  26. Institut Africain pour le Développement Economique et Social (INADES-Formation)
  27. Institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement (CICODEV Africa) 
  28. Inter Pares
  29. International Tree Foundation 
  30. Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE International)
  31. La Via Campesina SEA
  32. Network of Farmers’ and Agricultural Producers’ Organizations of West Africa (ROPPA)
  33. Participatory Ecological Land Use Management (PELUM) Association
  34. Plate-forme Régionale des Organisations Paysannes d’Afrique Centrale (PROPAC)
  35. Réseau Africain pour le Droit à l'Alimentation (RAPDA –Togo)
  36. Rural Women’s Assembly (RWA)
  37. Southern African Faith Communities' Environment Institute (SAFCEI)
  38. Tanzanian Alliance for Biodiversity (TABIO)
  39. Third World Network
  40. Thousand Currents (formerly IDEX)
  41. Union Africaine des Consommateurs (UAC)
  42. We are the Solution (WAS)
  43. World Neighbors
  44. Zambia Alliance for Agroecology and Biodiversity (ZAAB)

 

To download this Press Release please click here

 

[i] “Target Malaria proceeded with a small-scale release of genetically modified sterile male mosquitoes in Bana, a village in Burkina Faso”. Posted July 1, 2019 by Abdoulaye Diabate. https://targetmalaria.org/target-malaria-proceeded-with-a-small-scale-release-of-genetically-modified-sterile-male-mosquitoes-in-bana-a-village-in-burkina-faso/

[ii] “GM mosquitoes in Burkina Faso: a briefing for the Parties to the Cartagena Protocol on Biosafety”. 2018. African Centre for Biodiversity, Gene Watch UK and Third World Network. https://acbio.org.za/sites/default/files/documents/GM_mosquitoes_in_Burkina_Faso_A_briefing_for_the_Parties_to_the_Cartagena_Protocol_on_Biosafety.pdf

[iii] “A Question of Consent: Exterminator Mosquitoes in Burkina Faso”. 2018. A film by ETC Group. http://www.etcgroup.org/content/target-malarias-gene-drive-project-fails-inform-local-communities-risks-new-film

[iv] “GM mosquitoes in Burkina Faso: a briefing for the Parties to the Cartagena Protocol on Biosafety”. Ibid.

[v] “Oxitec’s failed GM mosquito releases worldwide: Forewarnings for Africa and the Target Malaria project”.  2019. African Centre for Biodiversity, Gene Watch UK and Third World Network. https://acbio.org.za/sites/default/files/documents/Oxitec_failed_GM_mosquito_releases_worldwide_Forewarnings_for_Africa_and_the_Target_Malaria_project.pdf

[vi] “Gene Drives. A Report on their Science, Applications, Social Aspects, Ethics and Regulations”. 2019. Critical Scientists Switzerland (CSS), European Network of Scientists for Social and Environmental Responsibility (ENSSER) and Federation of German Scientists (FGS/VDW). https://genedrives.ch/report/

[vii] “Common Call for a Global Moratorium on Genetically-engineered Gene Drives”. 2016. http://www.synbiowatch.org/gene-drives/gene-drives-moratorium/?lores

 


La société civile dénonce le lâcher de moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso

 

Nous, soussignés, organismes de la société civile d'Afrique et du monde, dénonçons le lâcher de moustiques « mâles-stériles » génétiquement modifiés (GM) au Burkina Faso. Les moustiques GM ont été relâchés dans le village de Bana, le 1er juillet 2019 par le consortium de recherche Target Malaria.[i]

Ce lâcher dans l’environnement a pour vocation de tester l'infrastructure et les systèmes en place en vue de futurs lâchers, qui à ce jour demeurent de nature expérimentale, et incluent notamment des moustiques issus du « forçage génétique ». L'objectif ultime de Target Malaria est de disséminer volontairement des moustiques issus du « forçage génétique», dans le but de réduire la population de moustiques Anophèles gambiae, qui peuvent transmettre le parasite vecteur du paludisme. Les promoteurs du projet affirment qu'une réduction de la population de moustiques contribuera à réduire le risque de transmission du paludisme et par conséquent d'incidence de la maladie.

Le lâcher de moustiques GM au sein du village est une expérience qui va à l’encontre de l’éthique, dans la mesure où Target Malaria reconnaît que ce lâcher de moustiques GM n’apportera aucun bénéfice direct à la population locale en termes de lutte antipaludique. Il ne s'agit pas d'une première étape d’essais avec les moustiques GM qui seraient ultérieurement testés pour leur impact sur le paludisme, mais d’une dissémination de moustiques GM entièrement différents.

Il n'y a par conséquent aucune justification pour ces lâchers. Selon la Déclaration d’Helsinki de l'association médicale mondiale, qui est basée sur le code de Nuremberg et qui décrit les principes moraux internationalement reconnus guidant la recherche médicale impliquant des sujets humains, de telles recherches ne « peuvent être résalis(ées) que si l’importance de l’objectif recherché prévaut sur les contraintes et les risques encourus par le sujet ». (Article 16).

En lieu et place, ce lâcher de moustiques GM pose des risques, y compris le risque accidentel que des femelles moustiques GM capables de piquer soient accidentellement relâchées au cours des expériences. Bien que Target Malaria affirme que ce nombre sera limité, étant donné que les moustiques femelles GM peuvent piquer les humains et diffuser le paludisme, la mise en circulation des femelles pose toujours un certain risque aux populations locales. [ii]

L'article 26 de la déclaration d’Helsinki exige également que les participants des recherches soient adéquatement informés des risques et des avantages anticipés par l'étude, en tant qu'élément du processus de consentement éclairé. De manière regrettable, en dépit des affirmations de Target Malaria selon lesquelles ses activités de projet font l’objet d’une « acceptation par la communauté », tout porte à penser le contraire. Les témoignages de certains villageois dans les zones où Target Malaria opère indiquent qu'ils n'ont pas été correctement informés quant au projet ou à ses risques potentiels.

Aucune publication d'une évaluation des risques environnementaux (ERE) n'est disponible, autre que celle publiée par Target Malaria et aucune consultation publique n'a eu lieu, indépendamment des activités « de consultation publique » conduites par Target Malaria (l'organisation proposant les lâchers). L'absence d’une étude de risques environnementaux complète, qui aurait dû faire l’objet d’un processus de consultation publique ouvert et transparent, fait qu’il est impossible de mettre en application les conditions d’un consentement pleinement éclairé, parce que les locaux ne peuvent pas être pleinement informés sur les risques encourus avant de prendre une décision quant à leur acceptation.[iii]

Les lâchers au Burkina Faso sont les premiers lâchers ouverts de moustiques GM en Afrique. Les lâchers précédents de différents moustiques GM dans d'autres régions du monde ont été ponctués échecs, de déclarations mensongères, d'une absence d'évaluation adéquate des risques, et d’un mépris des règlements internationaux et locaux.[iv] Nous sommes profondément mécontents que, encore une fois, l'Afrique soit de nouveau devenue un terrain d’essai pour des technologies risquées.

De plus, ce lâcher de moustiquess GM est considéré comme une première étape pour préparer le terrain à de futurs lâchers possibles de moustiques issus du forçage génétique. Il est totalement inacceptable de mener des expériences sur des vies africaines pour préparer le terrain pour cette technologie non vérifiée et extrêmement controversée, envers laquelle des scientifiques indépendants ont exprimé d’importantes inquiétudes,[v] et contre laquelle plus de 170 organismes de la société civile ont réclamé un moratoire.[vi]

 

Signé par :

  1. Le Centre africain pour la biodiversité, Afrique du Sud
  2. Le Réseau africain pour la biodiversité (ABN)
  3. L’Association Ouest Africaine pour le développement de la pêche artisanale (ADEPA)
  4. La Coalition pour la biodiversité et la biosécurité du Kenya (BIBA)
  5. La Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN)
  6. Le Comité Ouest Africain de semences paysannes (COASP)
  7. L’Alliance communautaire pour la justice mondiale (CAGJ)
  8. Comparer et appuyer le développement autochtone (COMPAS Afrique)
  9. Le Réseau pastoral d'Afrique australe et orientale (ESAPN)
  10. Le Forum des petits exploitants d'Afrique australe et orientale (ESAFF)
  11. Le Groupe ETC
  12. Fahamu Afrique
  13. Le Réseau pour la foi et la justice du bassin de fleuve de Mano (FJN)
  14. Le Réseau des semences de ferme (FASSNET)
  15. La Fédération agroécologique du Bénin (FAEB)
  16. L'Association des Conseils Chrétiens et Églises en Afrique de l'Ouest (ACCEAO)
  17. Les Amis de la terre Afrique (FoEA)
  18. Les Amis de la terre - Etats-Unis
  19. GRAIN
  20. GeneWatch UK.
  21. Global Justice Now!
  22. Groundswell Afrique de l’Ouest (GWA)
  23. Inter Pares
  24. La Fondation pour la santé de la Terre-Mère (HOMEF)
  25. Le Comité de Coordination des Peuple autochtones d'Afrique (IPACC)
  26. L’Institut africain pour le développement économique et social (INADES-Formation)
  27. L’Institut panafricain pour la citoyenneté, les consommateurs et le développement (CICODEV Afrique) 
  28. La Fondation international de l’arbre
  29. Les Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE International)
  30. La Via Campesina SEA
  31. Le Réseau de paysans et de producteurs agricoles d'Afrique occidentale (ROPPA)
  32. L’Association pour la gestion et l'utilisation écologique et participative de la terre (PELUM)
  33. La Plateforme régionale des organisations paysannes d’Afrique centrale (PROPAC)
  34. Le Réseau africain pour le droit à l'alimentation (RAPDA –Togo)
  35. L'Assemblée des femmes rurales (RWA)
  36. L’Alliance tanzanienne pour la biodiversité (TABIO)
  37. Le Réseau Tiers-Monde
  38. Southern African Faith Communities' Environment Institute (SAFCEI)
  39. Thousand Currents (auparavant connu sous le nom d’IDEX)
  40. L’Union africaine des consommateurs (UAC)
  41. Nous sommes la solution [We are the Solution] (WAS)
  42. Voisins du monde
  43. L’Alliance Zambienne pour l’agroécologie et la biodiversité (ZAAB)

 

Pour télécharger ce communiqué de presse, cliquez ici

 

[i]                       « Target Malari est allé de l’avant avec un lâcher de petite envergure de moustiques mâles stériles génétiquement modifiés à Bana, un village du Burkina Faso ». Publié le 1er juillet 2019 et signalé par Abdoulaye Diabate. https://targetmalaria.org/target-malaria-proceeded-with-a-small-scale-release-of-genetically-modified-sterile-male-mosquitoes-in-bana-a-village-in-burkina-faso/

[ii]              « Les Moustiques GM au Burkina Faso : une note de briefing à l’attention des Parties su Protocole de Carthagène sur la Biosécurité » (2018). Centre africain pour la biodiversité, Gene Watch UK et le Réseau Tiers-Monde. https://acbio.org.za/sites/default/files/documents/GM_mosquitoes_in_Burkina_Faso_A_briefing_for_the_Parties_to_the_Cartagena_Protocol_on_Biosafety.pdf

[iii]             Une note de briefing à l’attention des Parties su Protocole de Carthagène sur la Biosécurité. Ibid.

[iv]             Echec de la dissémination des moustiques génétiquement modifiés d'Oxitec dans le monde : Mises en garde à destination de l'Afrique et du projet Target Malaria  2019. Centre africain pour la biodiversité, Gene Watch UK et le Réseau Tiers-Monde. https://acbio.org.za/sites/default/files/documents/Oxitec_failed_GM_mosquito_releases_worldwide_Forewarnings_for_Africa_and_the_Target_Malaria_project.pdf

[v]              «Gene Drives. A Report on their Science, Applications, Social Aspects, Ethics and Regulations». [« Forçage génétique. Un rapport sur la science, leurs applications, les aspects sociaux, éthiques et règlementaires ».] 2019. Critical Scientists Switzerland (CSS), le Réseau européen des scientifiques pour la responsabilité sociale et environnementale (ENSSER) et la fédération des scientifiques allemands (FGS/VDW). https://genedrives.ch/report/

[vi]                    «Common Call for a Global Moratorium on Genetically-engineered Gene Drives». [« L'appel commun pour un moratoire mondial sur le forçage génétique issu du génie génétique ».] 2016. http://www.synbiowatch.org/gene-drives/gene-drives-moratorium/?lores