AU’s premature and misguided endorsement of controversial, unproven gene drive mosquitos for malaria ‘eradication’ in Africa

Gene Drive Report Cover

Press Release from the African Centre for Biodiversity

AU’s premature and misguided endorsement of controversial, unproven gene drive mosquitos for malaria ‘eradication’ in Africa

Johannesburg, Monday, 5 November 2018

The African Union (AU) is paving the way for the entry of the latest and most controversial form of genetic engineering, gene drive technologies. In July 2018 the AU released a report endorsing the development of the technology as well as ‘enabling legislation’ for their deployment across its member states.  The African Centre for Biodiversity (ACB), has today released its critique of the AU report, which the ACB says is hopelessly premature and merely repeats unsubstantiated claims made by gene drive developers.

Gene drives are an extreme form of genetic modification (GM), designed to alter the genetics of an entire population, with the potential to eradicate entire mosquito populations. Such a technology has stirred intense public, policy, legal and ethical debates about the potential impacts on the environment and health.

Executive Director of the ACB, Mariam Mayet, warns that, “this technology is in its infancy; the long term impacts on the mosquito populations (the disease vectors) and human health, as well as their potential ecological impacts are completely unknown. It is also clear that once released, the technology cannot be recalled due to its aggressive nature, which overrides natural inheritance patterns. Of course mosquitos will also not respect borders”.

Gene drives – a technology in its infancy

Their potential for eradicating malaria, a serious health challenge in Africa, remains highly speculative. Current evidence demonstrating their potential as a sound tool for malaria eradication is yet to be demonstrated, with some developers admitting that they are likely to face technical problems that may well hinder their effectivity.

Despite the lack of underlying data demonstrating their potential efficacy, grand claims of gene drives being a ‘game-changer’ are nevertheless being made by developers, and supported by AU statements that they present ‘realistic options for effective disease control’ and that ‘potential benefits for African countries will almost certainly be extensive’.

GM mosquitos to be released in Burkina Faso

Such claims have already opened the door for gene drive research groups such as the Target Malaria project, funded by the Gates Foundation and the Open Philanthropy project, to release other forms of genetically modified mosquitos in Burkina Faso, due to be trialled in the very near future - the first ever GM animal on the continent - showing callous disregard for its people, the environment or the concerns of many scientists about potentially harmful impacts. The GM mosquitoes have no public health benefit and are meant to ‘test’ biosafety systems and prepare the way for the future release of gene drive mosquitoes. In the meanwhile, research is already taking place that pays volunteers to expose themselves to wild-type mosquitos for paltry sums (around $4.20 per night for six hours) increasing risk of malaria exposure to themselves and others.

Colonial medicine and corporate profits

The hype and media pressure surrounding gene drives as the latest techno-fix fails to take into account lessons from history. As witnessed with previous malaria eradication programs, while sometimes effective in significantly reducing mosquito populations, they did not always translate to reduced disease burden. Further, numerous African successes in malaria reductions were largely ephemeral, in some cases even resulting in surges of cases amongst vulnerable populations that had lost acquired immunity to the disease.

According to Mayet, “the Target Malaria project represents the latest version of a top-down approach rooted in a bygone era of colonial medicine that laid the foundations for global health policies. It yet again focuses narrowly on technologies, while strategies that focus on wider determinants of health such as investments in national health services are being neglected, despite their critical influence in past global successes.”

It also appears that a public health application is being specifically chosen as the first potential deployment of gene drives despite wider corporate interest in the technology, in attempts to gain public and government support. Sabrina Masinjila, researcher and advocacy officer with the ACB based in Dar es Salaam points out that “gene drives are being targeted for Africa before anywhere else in the world. Despite this being on the face of it, a ‘philanthropic’ venture to combat a serious public health issue, profits from future gene drive applications especially in agriculture, may well come off the backs of human experiments that first risked the health of the people of Burkina Faso”.

No public debate on irreversible technology

The AU report endorsing gene drive applied research and potential deployment for malaria eradication has emerged in the absence of any agreed international governance standards for the release of the mosquitoes into the environment. The AU has also been deaf to any form of civil society concerns or debate, despite the fact that this technology cannot be recalled once it is deployed.

In 2016 over 170 international civil society organisations called for a moratorium on gene drive releases, including applied research such as open field trial releases, until there is further understanding of the potential risks and technical issues.  Concerns remain regarding the inability to regulate transboundary movement; the inability to contain gene drive organisms following both field trial and commercial releases; issues surrounding monitoring, assessment and liability; and the need for free, prior and informed consent, particularly with regards to lands and territories of indigenous and local communities as enshrined in the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

The ACB supports this call for a moratorium and strongly urges African governments to do the same at the upcoming 14th meeting of the Conference of the Parties to the Convention on Biological Diversity due to take place in Sharm El -Sheikh, Egypt 17-29 November 2018.

Ends//

Contact: Fatima Gabru, media and communications officer at the ACB: Email fatima@acbio.org.za

 


 

Communiqué de presse du Centre Africain pour la Biodiversité

L'approbation prématurée et malavisée par l'UA de moustiques issus du forçage génétique controversés et dont l'efficacité n'est pas prouvée pour une « éradication » du paludisme en Afrique

Lundi 5 novembre 2018

L'Union africaine (UA) prépare le terrain pour l'introduction de la dernière forme de génie génétique en date et la plus controversée qui soit : la technologie du forçage génétique. En juillet 2018, l'AU a publié un rapport approuvant le développement de la technologie ainsi que d'une « législation habilitante » pour leur dissémination à travers ses États membres. Le Centre africain pour la biodiversité (ACB) a aujourd'hui publié sa critique du rapport de l'UA, que l'ACB considère comme étant irrémédiablement prématuré et qui ne fait que répéter les affirmations sans fondement des concepteurs du forçage génétique.

Le forçage génétique est une forme extrême de modification génétique, conçue pour altérer la génétique d'une population entière, avec pour intention de supprimer des populations entières de moustiques. Une telle technologie a suscité des débats intenses, tant publics, que politiques, que d'ordre juridique et moral, quant aux impacts potentiels de l'éradication de populations entières.

La directrice exécutive de l'ACB, Mariam Mayet, avertit que « cette technologie en est à ses balbutiements ; les impacts à long terme sur les populations de moustiques (les vecteurs de la maladie) et sur la santé humaine, ainsi que leurs impacts écologiques potentiels demeurent complètement inconnus. Il est également clair qu'une fois mise en circulation, en raison de sa nature agressive, qui passe outre les schémas naturels de la transmission, cette technologie ne pourra pas être retirée.  Et, bien entendu, les moustiques ne respecteront pas les frontières non plus ».

Le forçage génétique - une technologie qui n'en est qu'à ses débuts

Le potentiel du forçage génétique à éradiquer le paludisme, qui constitue un défi sanitaire majeur en Afrique, demeure fortement spéculatif. Les preuves démontrant sa capacité à constituer un outil pour l'éradication du paludisme manquent encore à ce jour, et quelques concepteurs admettant qu'il est probable qu'ils seront confrontés à des problèmes techniques qui pourront certainement compromettre leur efficacité.

En dépit du manque de données fondamentales démontrant son efficacité potentielle, les concepteurs du forçage génétique se permettent toutefois des affirmations grandiloquentes, le brandissant comme une technologique qui « changera la donne ». L'UA reprend ces déclarations, comme quoi cette technologie offre des « options réalistes pour un contrôle efficace des maladies » et « les avantages potentiels qu’(elle) offre aux pays africains dans la lutte contre le paludisme seront certainement considérables ».

Les moustiques génétiquement modifiés devant être disséminés Burkina Faso

De telles affirmations ont déjà ouvert la porte à des groupes de recherche travaillant sur le forçage génétique, tels que le projet Target Malaria, financé par la Fondation Gates, l'Open Philanthropy Project et l'Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA), qui visent à disséminer d'autres formes de moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso. Les essais avec ces moustiques - le premier animal génétiquement modifié à être relâché sur le continent - témoignent d’un dédain impitoyable envers la population Burkinabé, l'environnement ou les préoccupations émises par de nombreux scientifiques concernant les impacts potentiellement nocifs de ces lâchers. Les moustiques génétiquement modifiés ne présentent aucun bénéfice en matière de santé publique et sont voués à « tester » les systèmes de biosécurité et à préparer le terrain pour de futurs lâchers de moustiques issus du forçage génétique. En attendant, des travaux de recherche sont déjà en cours ; ceux-ci consistent à payer des volontaires pour s'exposer aux moustiques sauvages pour des sommes modiques (autour de 4.20 dollars US par nuit pendant six heures), accroissant ainsi le risque d'exposition au paludisme pour eux-mêmes mais également pour autrui.

Médecine coloniale et bénéfices privés

Le battage et la pression médiatiques accompagnant le forçage génétique et qui en font le dernier remède technologique en date, manquent de tenir compte des leçons que l’Histoire nous a enseignées. Comme en témoignent les programmes d'éradication du paludisme précédents, bien que ceux-ci se soient parfois avérés efficaces pour réduire les populations de moustiques de manière significative, ils ne se sont pas toujours traduits par une réduction du fardeau de morbidité. De plus, de nombreux succès africains en matière de réduction du paludisme se sont révélés éphémères, et ont résulté, dans certains cas, en une recrudescence soudaine de cas parmi les populations vulnérables qui avaient perdu leur immunité acquise au paludisme.

Selon Mme Mayet, « le projet Target Malaria représente la version la plus récente d'une approche imposée par le sommet et enracinée dans une ère de médecine coloniale passéiste qui a créé les bases des politiques sanitaires mondiales. Il se concentre encore une fois et de manière restrictive sur les technologies, alors que des stratégies qui se concentrent sur des déterminants plus larges de la santé, tels que des investissements dans les services de santé nationaux, sont négligées, en dépit du rôle critique qu'elles ont joué dans le contexte de succès mondiaux de par le passé. »

Il s'avère également qu'une application de cette technologie portant sur la santé publique ait délibérément été choisie pour un premier déploiement potentiel du forçage génétique, en dépit des intérêts privés plus vastes pour la technologie, dans l'espoir de recevoir l'appui du public et le soutien du gouvernement. Sabrina Masinjila, chercheuse et chargée du plaidoyer pour l'ACB à Dar-es-Salaam, souligne que « le forçage génétique vise l'Afrique avant toute autre région du monde. En dépit du fait que l’aventure se veut ‘philanthropique’ et vise à combattre un problème de santé publique important, les bénéfices escomptés de futures applications du forçage génétique pourraient bien jaillir d'expériences faites sur des êtres humains qui ont démarré en mettant en péril la santé des populations du Burkina Faso».

Aucun débat public sur une technologie irréversible

Le rapport de l'UA approuvant le forçage génétique à des fins de recherche appliquée et son déploiement  potentiel en vue d'éradiquer le paludisme ont vu le jour en l'absence de toutes normes internationales de gouvernance agréées pour le lâcher des moustiques dans l'environnement.  L'UA a également prêté la sourde oreille à toutes les préoccupations émises par la société civile et à toute forme de débat, en dépit du fait que cette technologie ne pourra pas être retirée une fois qu'elle aura été déployée.

En 2016, plus de 170 organismes de la société civile internationale ont réclamé un moratoire sur les lâchers d'organismes issus du forçage génétique, y compris la recherche appliquée, tels que les lâchers en champ, jusqu'à ce que l'on en comprenne mieux les risques et les problèmes techniques potentiels. Des préoccupations demeurent également quant à l'incapacité à réguler les mouvements transfrontaliers ; l’incapacité à confiner des organismes issus du forçage génétique suite à, à la fois, des essais en champ et des lâchers commerciaux ; les problèmes afférant au suivi, à l'évaluation et à la responsabilité ; et la nécessité d’un consentement préalable, libre et éclairé des populations, en particulier concernant les terres et les territoires des communautés autochtones et locales, qui est entérinée dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. 

L'ACB soutient cet appel à un moratoire et exhorte les gouvernements africains à faire de même lors de la 14ème réunion à venir de la conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique devant se tenir à Sharm El-Sheik, en Égypte, du 17 au 29 novembre 2018.

Fin

Contact : Fatima Gabru, chargée des médias et de la communications pour l'ACB : Email: fatima@acbio.org.za

 

 

 

Gene_Drive_report_cover