Lire les fiches d’information 8 et 9 ici.

Cliquez ici pour lire les fiches d’information 1-5.

Click here to read in English

Dans les fiches d’information 6 et 7 de la série sur les aliments ultra-transformés (UPF) en Afrique, nous discutons de l’impact des UPF sur la santé et le fonctionnement écologiques, et des crises interconnectées de la biodiversité, du climat et de la pollution sur le continent. 

La haute disponibilité, le coût abordable, l’accessibilité, l’hyperappétence, la durée de conservation prolongée et la commercialisation intense des UPF poussent à la surconsommation, augmentant les impacts négatifs sur la santé des personnes et de la planète. 

La chaîne d’approvisionnement des UPF nécessite de grandes ressources énergétiques et foncières, avec d’importantes émissions de gaz à effet de serre, une dégradation des terres, une perte de biodiversité et une pollution plastique. Cela concerne la production industrielle, la transformation, le conditionnement et la distribution, à toutes les étapes de la préparation des nombreux ingrédients utilisés exclusivement pour les UPF. 

Les paysages agricoles deviennent de plus en plus homogènes au niveau génétique et des espèces. En conséquence, nous assistons à une érosion systématique de la diversité alimentaire et agricole, des moyens de subsistance et de la sécurité nutritionnelle, ainsi que des connaissances connexes nécessaires au maintien, au développement et à la conservation de la biodiversité agricole essentielle.

La recherche sur les impacts environnementaux de la production, de la consommation et de l’élimination des UPF en Afrique fait cruellement défaut. En général, la recherche s’est concentrée sur les effets des cultures de base utilisées pour leur production, telles que les huiles végétales et le sucre raffiné. Les facteurs environnementaux des aliments et des régimes alimentaires doivent inclure l’impact global des UPF de la terre à l’assiette, y compris toutes les étapes de la culture, de la transformation, de l’emballage et de la distribution. 

Il est absolument nécessaire de transformer les systèmes alimentaires mondiaux pour enrayer l’augmentation de la production des UPF, réduire leur consommation et minimiser les dommages sociaux et écologiques. Il doit y avoir une réponse multilatérale à ce problème mondial croissant qui conduit à un changement de paradigme dans la production et la consommation des denrées alimentaires. L’Afrique, en particulier, peut s’assurer un avenir holistique et transformateur qui intègre les implications sociales, politiques et écologiques dans sa vision. 

Veuillez cliquer ici pour lire la fiche d’information 6 et ici pour lire la fiche d’information 7.

Impacts néfastes des UPF sur la santé et la nutrition et lacunes de la réglementation

La fiche d’information 8 est consacrée aux effets de la consommation d’aliments ultra-transformés (UPF) sur la santé en Afrique, avec des associations claires et directes entre l’augmentation de la consommation d’UPF et l’augmentation de maladies non transmissibles liées à l’alimentation et à la nutrition. 

En Afrique, l’évolution des habitudes alimentaires est liée à l’augmentation du triple fardeau de la malnutrition, c’est-à-dire la coexistence de la suralimentation, de la sous-nutrition et des carences en micronutriments, ce qui entraîne des maladies non transmissibles liées à l’alimentation. Divers facteurs font que les UPF représentent une plus grandeproportion de l’alimentation, notamment leur disponibilité croissante, leur accessibilité et leur coût relativement abordable. Les UPF sont à l’origine et aggravent le triple fardeau de la malnutrition. 

Les risques uniques pour la santé présentés par les UPF vont au-delà des nutriments spécifiques, tels que le sucre, le sel et les acides gras trans – présents en grande quantité — et s’étendent aux effets de la transformation excessive à laquelle ces aliments sont soumis, ainsi qu’aux additifs industriels et aux matériaux d’emballage utilisés. Tous ces facteurs ont de graves répercussions sur la santé humaine. De plus, la commodité, l’hyperappétence, la faible stabilité, le marketing omniprésent et la conception addictive des boissons UPF entraînent leur surconsommation, ce qui aggrave ces risques.  

Pourtant, la relation entre les UPF, la malnutrition et les maladies non transmissibles ne parvient pas à obtenir l’attention politique urgente qu’elle exige.

Veuillez cliquer ici pour consulter la fiche d’information 8.

Dans la fiche d’information 9, nous abordons des approches actuelles pour réglementer l’industrie des UPF en soulignant les limites de cette approche et en soulignant qu’il ne s’agit que de mesures provisoires.

La lutte contre la consommation d’UPF s’est principalement faite dans le domaine des politiques de santé et de nutrition et des directives alimentaires, liées aux maladies non transmissibles associées à la nutrition dans le monde, et en Afrique en particulier. Les principaux types d’interventions comprennent les mesures (principalement) fiscales ; des règlements visant à réduire ou à interdire la commercialisation des UPF, en particulier auprès des enfants ; l’étiquetage sur le devant de l’emballage pour avertir les consommateurs ; les limites imposées à certains ingrédients autorisés dans les aliments transformés ; et les règlements contrôlant l’accès et la promotion des UPF dans les écoles. 

Les boissons sucrées ont fait l’objet d’une attention particulière, ce qui n’est qu’un élément — bien qu’important — de l’industrie des UPF. Cela reflète la principale approche réglementaire, à savoir le ciblage des nutriments tels que le sel, le sucre et les graisses malsaines. Bien qu’il s’agisse d’étapes importantes pour commencer à s’attaquer aux méfaits inutiles de la consommation d’UPF, elles ne tiennent pas compte de la portée et de la multidimensionnalité, du caractère unique des UPF et de leur rôle unique dans le triple fardeau de la malnutrition et des maladies non transmissibles associées. L’accent mis sur certains nutriments, en particulier le sel, le sucre et les graisses malsaines, ne tient pas compte des effets particuliers sur la santé de la série de traitements industriels impliqués dans la formulation des UPF. Il n’aborde pas non plus les graves implications sanitaires et environnementales tout au long du cycle de vie des produits, y compris les industries qui y sont associées. 

La plupart des politiques alimentaires et nutritionnelles sur le continent africain n’abordent pas les UPF. De plus, elles ont tendance à négliger et à saper le rôle des agriculteurs locaux, des chaînes d’approvisionnement traditionnelles et des détaillants dans la fourniture d’aliments abordables, locaux, sains et nutritifs, étant biaisées en faveur de l’agro-industrie à grande échelle, des réseaux de distribution et des chaînes de supermarchés. D’autre part, les incitations politiques actuelles sur le continent africain concernant le prix des denrées alimentaires, l’accès, l’emploi, le commerce et l’industrialisation facilitent le déversement d’aliments abondants, facilement disponibles, bon marché, de mauvaise qualité et sans valeur nutritionnelle dans les zones rurales et urbaines, tout en perturbant les moyens de subsistance qui garantissent l’approvisionnement alimentaire. 

L’interdépendance entre la santé écologique et la santé humaine doit être ancrée dans l’alimentation et la nutrition et dans d’autres politiques intersectorielles traitant des transitions des systèmes alimentaires. Nous soutenons que l’UPF ne s’inscrit pas dans un avenir agroécologique juste et doit donc être complètement éliminé. 

Vous pouvez consulter la fiche d’information 9 ici 

UPF Factsheet 8 FR cover
UPF Factsheet 9 cover FR

Cliquez ici pour lire les fiches d’information 1-5.